Appel aux dons vendredi 24 mai 2024



https://www.lesclesdumoyenorient.com/3716



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 3000 articles publiés depuis juin 2010

jeudi 23 mai 2024
inscription nl


Accueil / Actualités / Analyses de l’actualité

Les relations israélo-iraniennes de 2013 à la veille du 7 octobre 2023 (2/2). De 2016 au 6 octobre 2023 : l’escalade diplomatico-sécuritaire

Par Emile Bouvier
Publié le 03/05/2024 • modifié le 03/05/2024 • Durée de lecture : 6 minutes

Lire la partie 1 : Les années 2013-2016 : un apaisement des tensions en trompe-l’œil

I. Une brutale dégradation des relations entre l’Iran, Israël et leurs alliés

Tout au long de sa campagne présidentielle, Donald Trump n’a jamais caché son intention de s’opposer à l’Iran ; il affirmait par exemple le 21 mars 2016 que « l’Iran est un très gros problème et continuera à l’être ; mais si je suis élu président, je sais comment gérer les problèmes » [1]. Son arrivée au pouvoir relance les déclarations publiques belliqueuses ; l’ayatollah Khamenei, en particulier, se montre particulièrement prolixe à cet égard, y compris après la signature du JCPOA [2]. De leur côté, les milices régionales soutenues par l’Iran adoptent également un discours plus guerrier, affirmant par exemple, dans le cas de la « Brigade de libération du Golan », être « totalement prête » à combattre Israël [3] qui, de son côté, accroît le nombre et l’audace de ses frappes au Levant, ciblant par exemple des objectifs pro-iraniens à proximité de l’aéroport international de Damas [4].

La première étape de dégradation brutale des relations est toutefois atteinte le 8 mai 2018, lorsque les Etats-Unis annoncent leur retrait du JCPOA et grèvent, de fait, la réalité du succès de celui-ci [5], malgré la volonté des pays européens de continuer à maintenir en vie l’accord de Vienne [6]. Dans les jours suivants, les Israéliens lancent une série de frappes aériennes meurtrières contre des cibles iraniennes en Syrie, une première pour l’Etat hébreu qui frappait jusqu’ici seulement des proxies ou l’armée syrienne [7] ; Tel-Aviv affirme avoir agi de la sorte en riposte à des tirs iraniens sur le Golan [8] le 10 mai. Le ton devient dès lors plus belliqueux entre l’Iran et Israël : en novembre 2018 par exemple, l’ayatollah Ahmad Khatami déclare que « le système sacré de la République islamique va renforcer jour après jour ses capacités en matière de missiles afin qu’Israël, ce régime d’occupation, devienne insomniaque et que le cauchemar le hante constamment : s’il fait quoi que ce soit de stupide, nous raserons Tel-Aviv et Haïfa » [9]. Le commandant en chef des Gardiens de la Révolution, Hossein Salami, déclare quant à lui en septembre 2019 que détruire Israël est « un but à portée de main » [10].

Les tensions ne font que croître entre l’Iran, les Etats-Unis et Israël : la crise de 2019 dans le Golfe persique l’illustre tout particulièrement, Washington ayant été sur le point de lancer des frappes contre des cibles militaires iraniennes [11]. Ne disposant pas d’un accès au Golfe persique, Israël a malgré tout rejoint la coalition navale visant à sécuriser sous l’égide des Etats-Unis la navigation maritime dans le Golfe [12], faisant fi des avertissements de l’Iran qui, en août 2019, menaçait qu’une guerre n’éclate si d’aventure Israël faisait franchir le détroit d’Hormuz à un seul de ses bâtiments de guerre [13]. La pandémie de COVID-19 n’impose aucune accalmie au conflit entre Tel Aviv et Téhéran, qui tend même à s’institutionnaliser : les assassinats se multiplient [14], tout comme les sabotages [15], exécutions d’espions [16] et affrontements indirects en Syrie [17]. Les tensions s’accroissent quasi-concomitamment à la rupture croissante de l’isolement diplomatique d’Israël : l’Etat hébreu signe en effet les accords d’Abraham le 13 août 2020 avec les Emirats arabes unis et Bahreïn, qui s’engagent à normaliser leurs relations avec Tel Aviv. Cet accord ouvre la voie à des engagements similaires de la part du Maroc [18] ou encore du Soudan [19] et, de façon tout à fait inédite, à des discussions sur le sujet entre Israël et l’Arabie saoudite [20]. Un accord mineur mais historique sera même signé avec le Liban en octobre 2022. Cette normalisation diplomatique entre Israël et plusieurs pays du Moyen-Orient élargi est considérée comme une « erreur idiote » par Téhéran [21], dont l’isolement ne fera qu’aller croissant [22] concomitamment à l’intégration régionale d’Israël.

II. Une escalade sécuritaire inévitable ?

L’entrée en fonction du président américain Joe Biden, le 20 janvier 2021, ne permet pas d’apaiser les tensions : malgré de nombreuses et réelles tentatives [23] de parvenir à renouer avec l’accord de Vienne de 2015, les négociations échouent toutes et les Israéliens ne cessent de souligner les « lignes rouges » [24] franchies par l’Iran en matière de programme nucléaire. Dès lors, les préparatifs d’une potentielle guerre ne semblent désormais plus relever de la seule menace : le 18 mai 2022 par exemple, l’armée israélienne organise un exercice à grande échelle impliquant la quasi-totalité de ses forces afin de simuler une guerre avec l’Iran [25] : simulations d’affrontements avec le Hezbollah au nord, campagne de frappes aériennes contre les infrastructures nucléaires iraniennes à l’est… Quelques semaines plus tôt déjà, en juin 2022, l’Etat hébreu appelait ses ressortissants à quitter la Turquie par crainte d’attaques orchestrées par des agents de l’Iran [26].

Le président américain lui-même admettra en décembre 2022 que l’accord sur le nucléaire iranien est « mort » (sic) [27], reconnaissant de facto l’échec des négociations avec Téhéran. L’année 2023 ne fera que confirmer l’institutionnalisation, et surtout l’intensification, de la guerre de l’ombre menée par Israël et l’Iran : Téhéran mobilise en effet davantage ses proxies, notamment le Hezbollah et le Hamas, afin que ces derniers mènent des attaques contre Israël [28] (tirs de roquettes [29], etc.). Les réunions entre ces derniers tendent d’ailleurs à se multiplier afin de coordonner leurs actions contre l’Etat hébreu [30]. En parallèle, Tel Aviv intensifie ses frappes en Syrie contre des cibles spécifiquement iraniennes, et plus seulement ses proxies [31]. La rhétorique devient, elle aussi, de plus en plus belliqueuse ; le président iranien Ebrahim Raisi, élu en août 2021, menace le 18 avril 2023 de « détruire Haïfa et Tel Aviv » [32]. Benjamin Netanyahou, à nouveau chef du gouvernement israélien depuis le 29 décembre 2022 assure quant à lui qu’Israël « peut faire face à n’importe quelle menace tout seul » [33], en référence à la volonté américaine d’éviter un affrontement militaire avec Téhéran. Les menaces d’une intervention militaire directe d’Israël contre l’Iran seront ainsi de plus en plus nombreuses [34], sans que la primature israélienne ne cherche à le cacher [35].

Alors que les tensions ne cesseront de monter, les analystes alerteront de l’imminence d’un conflit entre Israël et l’Iran [36], voire d’une attaque d’un proxy iranien, comme le Hamas ou le Hezbollah, contre l’Etat hébreu [37]. C’est finalement ce qui se produira quelques semaines plus tard, le 7 octobre 2023, lors d’une attaque historique et inédite dans son ampleur conduite par le Hamas contre Israël.

Conclusion

De 2013 à la veille du conflit du 7 octobre 2023, les relations iraniennes se sont ainsi caractérisées par une inimitié et une adversité croissantes. La volonté de relative accalmie affichée par le président iranien Hassan Rohani, qu’elle ait été sincère ou non, n’a pu s’affranchir de la position des ayatollahs - au premier rang desquels Ali Khamenei - ou des hauts-cadres de l’armée et notamment des Gardiens de la Révolution islamique. La guerre de l’ombre entre Téhéran et Tel Aviv, loin de trouver une accalmie, n’a donc fait que s’institutionnaliser et gagner en intensité, jusqu’à trouver une nouvelle forme d’expression directe à l’aune du conflit entre Israël et le Hamas. Les relations israélo-iraniennes depuis l’éclosion de conflit, qui entre dans son septième mois, et dont l’échange récent de tirs directs a constitué le climax, seront abordées dans un prochain article sur Les clés du Moyen-Orient.

A lire sur Les clés du Moyen-Orient :
 Le jeu des alliances irano-américaines au Moyen-Orient : des pactes et des actes
 Bahreïn, les accords d’Abraham et Gaza
 Entre le Liban et Israël, un accord « historique » aux répercussions économiques encore incertaines
 Alors que l’Iran n’a jamais été aussi proche de se doter de l’arme atomique, où en sont les négociations sur le nucléaire iranien (1/3) ? De l’accord historique au désastre diplomatique
 Tandis que tous les regards sont tournés vers l’Ukraine, que devient le conflit en Syrie ?

Bibliographie :
 Guzansky, Yoel. Saudi Arabia and Israel : Normalization at a Snail’s Pace. Institute for National Security Studies, 2022. JSTOR, http://www.jstor.org/stable/resrep42591. Consulté le 19 avril 2024

Sitographie :
 Destruction of Israel after the JCPOA, Jerusalem Center for Public Affairs, 17/02/2017
https://jcpa.org/article/iranian-official-social-media-call-destruction-israel-after-jcpoa/
 Syria war : ’Israeli strike’ hits military site near Damascus airport, BBC News, 27/04/2017
https://www.bbc.com/news/world-middle-east-39728682
 Iran-backed militia in Syria says it’s ‘fully prepared’ to battle Israel, The Times of Israel, 27/11/2017
https://www.timesofisrael.com/iran-backed-militia-in-syria-says-its-fully-prepared-to-battle-israel/
 Donald Trump annonce le retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, Le Monde, 08/05/2018
https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/05/08/donald-trump-annonce-le-retrait-des-etats-unis-de-l-accord-sur-le-nucleaire-iranien_5296297_3222.html
 Updated Blocking Statute in support of Iran nuclear deal enters into force, Europe Commission, 06/08/2018
https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/IP_18_4805
 L’affrontement direct entre l’Iran et Israël sème l’émoi, Le Devoir, 11/05/2018
https://www.ledevoir.com/monde/moyen-orient/527459/affrontement-sans-precedent-entre-israel-et-l-iran-en-syrie
 Pourquoi l’Iran et Israël s’affrontent-ils en Syrie ?, FranceInfo, 11/05/2018
https://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/nucleaire-iranien/pourquoi-l-iran-et-israel-s-affrontent-ils-en-syrie_2745761.html
 Iranian cleric threatens destruction of Israeli cities, Politico, 05/11/2018
https://www.politico.com/story/2018/05/11/iran-israel-nuclear-destruction-584196
 Iran : pour le chef des Gardiens, détruire Israël est "un but à portée de main", Le Point, 30/09/2019
https://www.lepoint.fr/monde/iran-pour-le-chef-des-gardiens-detruire-israel-est-un-but-a-portee-de-main-30-09-2019-2338570_24.php
 Trump says US was ‘cocked and loaded’ to strike Iran before he pulled back, CNN Politics, 21/06/2019
https://edition.cnn.com/2019/06/21/politics/trump-military-strikes-iran/index.html
 Israel Joins U.S.-Led Coalition To Secure Navigation In Persian Gulf, Radio Farda, 07/08/2019
https://en.radiofarda.com/a/israel-joins-u-s--led-coalition-to-secure-navigation-in-persian-gulf-/30097422.html
 Iran warns of war if Israeli warships enter Persian Gulf, UPI, 12/08/2019
https://www.upi.com/Top_News/World-News/2019/08/12/Iran-warns-of-war-if-Israeli-warships-enter-Persian-Gulf/3061565611152/
 L’Iran accuse Israël d’avoir assassiné un responsable de son programme nucléaire, Le Monde, 27/11/2020
https://www.lemonde.fr/international/article/2020/11/27/teheran-accuse-israel-de-l-assassinat-d-un-responsable-du-programme-nucleaire-iranien_6061406_3210.html
 La frappe israélienne présumée de Natanz en Iran « aussi complexe que Stuxnet », The Times of Israel, 12/07/2020
https://fr.timesofisrael.com/la-frappe-israelienne-presumee-de-natanz-en-iran-aussi-complexe-que-stuxnet/
 Un Iranien exécuté pour espionnage en faveur des États-Unis et d’Israël, France24, 20/07/2020
https://www.france24.com/fr/20200720-iran-execution-homme-condamne-espionnage-etats-unis-israel
 Syria war : Israel ’hits Iran-backed fighters near Damascus’, BBC, 06/02/2020
https://www.bbc.com/news/world-middle-east-51397357
 Grâce aux Accords d’Abraham, le Maroc autorise des Israéliens à fouiller 2 guenizas, The Times of Israel, 07/06/2013
https://fr.timesofisrael.com/grace-aux-accords-dabraham-le-maroc-autorise-des-israeliens-a-fouiller-2-guenizas/
 The Sudan-Israel normalization process : A tactical move but a strategic hazard, Stroum Center for Jewish Studies, 22/05/2023
https://jewishstudies.washington.edu/israel-hebrew/sudan-israel-normalization-diplomatic-relations-netanyahu-al-burhan/
 Biden Promised to Restore the Iran Nuclear Deal. Now It Risks Derailment., The New York Times, 31/07/2021
https://www.nytimes.com/2021/07/31/us/politics/biden-iran-nuclear-deal.html
 Israeli PM Says Iran Crossed All Nuclear ’Red Lines’, Radio Free Europe, 27/09/2021
https://www.rferl.org/a/israeli-pm-iran-nuclear-red-lines/31480639.html
 Tsahal va organiser un exercice à grande échelle simulant une frappe sur l’Iran, The Times of Israel, 18/05/2022
https://fr.timesofisrael.com/tsahal-va-organiser-un-exercice-a-grande-echelle-simulant-une-frappe-sur-liran/
 Israël appelle ses ressortissants à quitter la Turquie craignant des attaques iraniennes, Le Monde, 13/06/2022
https://www.lemonde.fr/international/article/2022/06/13/israel-appelle-ses-ressortissants-a-quitter-la-turquie-craignant-des-attaques-iraniennes_6130137_3210.html
 Iran : Selon le président américain Joe Biden, l’accord sur le nucléaire iranien « est mort », 20 minutes, 21/12/2022
https://www.20minutes.fr/monde/4015851-20221221-iran-selon-president-americain-joe-biden-accord-nucleaire-iranien-mort
 Israël face à plusieurs fronts, dans le sud du Liban et à Gaza, Le Monde, 07/04/2023
https://www.lemonde.fr/international/article/2023/04/07/liban-gaza-israel-face-a-plusieurs-fronts_6168633_3210.html
 L’Iran mobilise ses alliés paramilitaires pour mener des frappes contre Israël, L’Opinion, 18/04/2023
https://www.lopinion.fr/international/liran-mobilise-ses-allies-paramilitaires-pour-mener-des-frappes-contre-israel
 Les chefs du Hezbollah et du Hamas prêts « à collaborer » face à Israël, Le Figaro, 09/04/2023
https://www.lefigaro.fr/flash-actu/les-chefs-du-hezbollah-et-du-hamas-prets-a-collaborer-face-a-israel-20230409
 Israël se défoule dans le ciel et sur la terre en Syrie, Orient XXI, 12/04/2023
https://orientxxi.info/magazine/israel-se-defoule-dans-le-ciel-et-sur-la-terre-en-syrie,6367
 Iranian President Threatens To Destroy Israeli Cities, Iran International, 18/04/2023
https://www.iranintl.com/en/202304181467
 At drill for war with Iran and others, PM says IDF ‘can handle any threat on our own’, The Times of Israel, 04/06/2023
https://www.timesofisrael.com/at-security-assessment-drill-netanyahu-says-idf-can-handle-any-threat-on-our-own/
 Isolated Israel Steps Up Threats Against Iran, Bloomberg, 13/06/2023
https://www.bloomberg.com/news/newsletters/2023-06-13/isolated-israel-steps-up-threats-against-iran
 Netanyahu said to huddle repeatedly with military brass over possible attack on Iran, The Times of Israel, 22/02/2023
https://www.timesofisrael.com/netanyahu-huddles-with-military-top-brass-as-israel-looks-to-rattle-some-sabers/
 Israel-Hezbollah tensions elevate risks of conflict, Reuters, 17/08/2023
https://www.reuters.com/world/middle-east/israel-hezbollah-tensions-elevate-risks-conflict-2023-08-17/
 Will Iranian Proxies Target Israel In September Or October ?, Iran International, 05/09/2023
https://www.iranintl.com/en/202309051003

Publié le 03/05/2024


Emile Bouvier est chercheur indépendant spécialisé sur le Moyen-Orient et plus spécifiquement sur la Turquie et le monde kurde. Diplômé en Histoire et en Géopolitique de l’Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, il a connu de nombreuses expériences sécuritaires et diplomatiques au sein de divers ministères français, tant en France qu’au Moyen-Orient. Sa passion pour la région l’amène à y voyager régulièrement et à en apprendre certaines langues, notamment le turc.


 


Zones de guerre

Israël

Politique