Appel aux dons mercredi 22 mai 2024



https://www.lesclesdumoyenorient.com/3597



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 3000 articles publiés depuis juin 2010

lundi 20 mai 2024
inscription nl


Accueil / Actualités / Analyses de l’actualité

Séismes en Turquie et Syrie : ce que l’élan de solidarité internationale nous dit de la géopolitique régionale (2/3) : une Turquie courtisée

Par Emile Bouvier
Publié le 15/02/2023 • modifié le 15/02/2023 • Durée de lecture : 5 minutes

Lire la partie 1 : Séismes en Turquie et Syrie : ce que l’élan de solidarité internationale nous dit de la géopolitique régionale (1/3) : la Syrie isolée

II. Une Turquie courtisée

1. L’Azerbaïdjan et le Qatar, d’indéfectibles alliés

Aussitôt la nouvelle du séisme annoncée à travers le monde, l’Azerbaïdjan devenait le premier pays à porter secours à la Turquie : le quotidien progouvernemental turc Daily Sabah informait ainsi, dès 9h09 le 6 février, que l’Azerbaïdjan avait envoyé en Turquie une première équipe particulièrement substantielle de 370 secouristes et spécialistes dans les zones sinistrées [1], qui seront finalement 420, dont des équipes cynophiles [2]. Le surlendemain, un nouveau contingent de 227 secouristes azéris était envoyé en Turquie [3], en plus de cargaisons d’aide humanitaire et d’hôpitaux de campagne [4]. Depuis maintenant plusieurs années et plus particulièrement depuis la Seconde Guerre du Haut-Karabagh (2020), la Turquie et l’Azerbaïdjan cultivent le narratif d’une fraternité culturelle et politique - voire ethnique - entre eux ; la presse progouvernementale turque alimente ainsi cette mécanique communicationnelle à l’aune des séismes en publiant régulièrement des articles démontrant l’investissement des Azéris au profit des Turcs. Ainsi, le 10 février, le quotidien Daily Sabah relatait-il l’histoire de « ce citoyen azerbaïdjanais nommé Server Besirli, qui a conquis les cœurs avec cette photo touchante dans laquelle on le voit se ruer au secours des victimes du séisme dans sa voiture des années 1980 avec un drapeau turc accroché sur le toit. Son action en dit long quant à son affection pour la nation turque » [5].

Le Qatar n’est pas en reste : redevable envers la Turquie après que celle-ci a été l’un des rares - sinon le seul - pays du Moyen-Orient à prendre le risque de s’attirer les foudres de l’Arabie saoudite en mettant en place un pont aérien visant à ravitailler le petit Etat du Golfe lors du blocus décrété par Riyad et ses alliés de 2017 à 2021, les relations turco-qatariennes ne font que s’améliorer depuis. Doha a ainsi annoncé l’envoi de 10 000 mobile-homes pour les populations sinistrées [6], l’établissement d’un pont aérien visant à ravitailler en biens de première nécessité les populations et l’envoi d’une équipe de secouristes, de véhicules spécialisés et des lots tentes en assez grand nombre pour établir plusieurs hôpitaux de campagne [7]. Cette aide substantielle illustre autant la qualité des relations entre les deux pays que le souhait, pour le Qatar, de rappeler à son voisin turc la qualité de cette dernière.

2. La Suède et la Finlande en quête des bonnes faveurs des autorités turques

Au-delà de cette aide démontrant la présence d’alliés structurels auprès de la Turquie, d’autres pays semblent tenter de tirer parti de cette crise pour améliorer, de façon conjoncturelle, l’état de leurs relations avec Ankara. Il en va ainsi de la Suède, engagée aux côtés de la Finlande dans un bras-de-fer avec la Turquie depuis le printemps 2022 dans le cadre de leur demande d’adhésion à l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) ; Ankara oppose son veto à leur accession en raison du manque d’investissement de Stockholm et de Helsinki, selon les autorités turques, en matière de lutte antiterroriste contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), particulièrement présent dans ces deux pays. Le nouveau cycle de négociations supposé se dérouler en janvier dernier a finalement été reporté à une date indéterminée par la partie turque après qu’un Coran a été brûlé devant l’ambassade turque à Stockholm le 24 janvier 2023 lors d’une manifestation [8], reportant d’autant toute potentielle adhésion des deux pays scandinaves à l’OTAN tandis que le conflit en Ukraine fait rage.

Afin de s’attirer les bonnes faveurs de la Turquie dans le cadre de sa demande d’adhésion à l’OTAN, la Suède a interdit le 8 février 2023 la tenue d’un nouvel autodafé de Coran devant l’ambassade turque [9] et redouble de solidarité depuis la catastrophe sismique ; ainsi, en plus des 7 millions de couronnes suédoises que le pays s’était déjà engagé à verser à la Turquie le 6 février - lors d’une annonce commune avec la Première ministre finlandaise -, le gouvernement suédois a annoncé le lendemain envoyer une somme additionnelle de 30 millions de couronnes tandis que la Finlande annonçait, de son côté, envoyer une équipes de secouristes [10]. L’OTAN également évoquera dans plusieurs communiqués l’aide apportée par les « partenaires et alliés » de la Turquie, en insistant tout particulièrement sur celle apportée par « nos invitées, la Finlande et la Suède » [11].

3. La remarquable avancée arménienne

L’intervention de l’Arménie auprès de la Turquie, bien que relativement mineure en termes de moyens déployés, a également été très remarquée. Lors d’un appel au président turc Recep Tayyip Erdogan, le Premier ministre Nikol Pashinyan a ainsi « offert ses condoléances et exprimé sa solidarité au président et au peuple de Turquie », promettant une équipe de secouristes [12]. Son appel au président syrien Bachar al-Assad se montrera plus pondéré, affirmant que l’Arménie se tenait prête à « soutenir la Syrie à soulager les conditions de vie difficiles des populations affectées par le séisme » [13]. L’Arménie a en effet entamé un processus de rapprochement avec la Turquie ces derniers mois, comme Les clés du Moyen-Orient l’analysait récemment, après des années de crise diplomatique profonde, alimentée notamment par le soutien substantielle de la Turquie à l’Azerbaïdjan dans sa guerre contre les forces arméniennes dans le Nagorno-Karabagh, notamment grâce à son approvisionnement en drones TB2 Bayraktar. L’Arménie, qui a acté l’impuissance actuelle de la Russie, des Etats-Unis ou de l’Union européenne à la protéger contre l’Azerbaïdjan, fait feux de tout bois diplomatiquement, initiant un rapprochement tant avec la Turquie qu’avec l’Iran.

Le 6 janvier, les autorités arméniennes se réjouissaient ainsi d’un premier pas allant dans le sens d’une amélioration des relations arméno-turques avec le rétablissement des vols cargo entre les deux pays [14]. La main tendue de l’Arménie envers la Turquie depuis les séismes du 6 février n’apparaît pas ainsi anodine, comme le président turc l’a lui-même souligné, affirmant durant l’entretien téléphonique avec la primature arménienne que « le gouvernement turc apprécie hautement le soutien de l’Arménie et met cette étape également en perspective du point de vue de l’approfondissement du dialogue entre nos deux pays » [15]. Une étape substantielle de normalisation des relations entre les deux pays sera finalement franchie le 11 février à l’aune de la catastrophe sismique : pour la première fois en 35 ans, la Turquie et l’Arménie rouvriront, temporairement [16], leur frontière terrestre - par le poste-frontière d’Alican, en l’occurrence - afin de permettre l’acheminement d’aide humanitaire depuis l’Arménie vers les zones sinistrées en Turquie [17].

Cette crise permet ainsi à plusieurs pays soucieux de ménager leurs relations avec la Turquie de conforter leurs liens avec cette dernière ; les enjeux diplomatiques et géopolitiques parcourent toujours les catastrophes naturelles d’ampleur et les séismes du 6 février pourraient présenter, à cet égard, une occasion unique pour Bachar al-Assad d’accélérer le processus de normalisation de son régime.

A lire sur Les clés du Moyen-Orient :
 Le Haut-Karabagh : une ligne de feu pour l’Arménie et l’Azerbaïdjan, une ligne de front diplomatique pour la Russie et la Turquie (2/2). De la Guerre du Haut-Karabagh aux affrontements de septembre 2020, une animosité arméno-azérie toujours aussi forte
 Entretien avec Nabil Ennasri - Le Qatar à l’épreuve de la crise du Golfe
 Les relations entre la Turquie et le Qatar : fondements, réalités et ambitions (3/3)
 Le PKK prochainement retiré de la liste des organisations terroristes de l’Union européenne ?
 La guerre en Ukraine, révélatrice de l’influence croissante de Moscou au Moyen-Orient (1/2) : une perte de vitesse notable des Etats-Unis dans la région

Sitographie :
 Azerbaijan sends rescue teams after major earthquake strikes Türkiye, Daily Sabah, 06/022023
https://www.dailysabah.com/turkey/azerbaijan-sends-rescue-teams-after-major-earthquake-strikes-turkiye/news
 On Azerbaijani President`s instructions, Ministry of Emergency Situations rescue forces leave for Türkiye VIDEO, AzerTag, 06/02/2023
https://azertag.az/en/xeber/2477264
 Next two planes with humanitarian aid leave for quake-hit Türkiye, AzerTag, 07/02/2023
https://azertag.az/en/xeber/2478350
 Azerbaijani man loads all possessions in car, rushes to help Türkiye, Daily Sabah, 10/20/2023
https://www.dailysabah.com/turkey/azerbaijani-man-loads-all-possessions-in-car-rushes-to-help-turkiye/news
 Earthquake Death Toll Tops 28000, Turkey Starts Legal Action, Tempo Co, 12/02/2023
https://en.tempo.co/read/1690556/earthquake-death-toll-tops-28000-turkey-starts-legal-action
 February 6, 2023 Turkey-Syria earthquake news, Edition CNN, 07/02/2023
https://edition.cnn.com/middleeast/live-news/turkey-earthquake-latest-020623/h_38567372986807706200c526af9730c1
 Quran burning outside Turkish Embassy in Sweden complicates Swedish bid to join NATO, The Jerusalem Post, 24/01/2023
https://www.jpost.com/international/article-729422
 Sweden bans Quran-burning protest at Turkey’s embassy, The National, 08/02/2023
https://www.thenationalnews.com/world/europe/2023/02/08/sweden-bans-quran-burning-protest-at-turkeys-embassy/
 Finland, Sweden to send aid to earthquake-stricken Türkiye, Syria, CN News, 08/02/2023
https://english.news.cn/20230208/1bb134b8eb134a71bcdc51fabfbeb8fb/c.html
 NATO Allies and partners come to Türkiye’s aid following devastating earthquakes, OTAN, 07/02/2023
https://www.nato.int/cps/en/natohq/news_211490.htm
 Armenian PM, Turkish President hold telephone conversation, Bureau du Premier minister aménien, 07/02/2023
https://www.primeminister.am/en/press-release/item/2023/02/07/Nikol-Pashinyan-Telephone-Conversation-07-02/
 Turkey lifts ban on air cargo to Armenia, Eurasianet, 09/01/2023
https://eurasianet.org/turkey-lifts-ban-on-air-cargo-to-armenia
 Armenia-Turkey border opened for first time in 35 years to allow aid through, Le Monde, 11/02/2023
https://www.lemonde.fr/en/international/article/2023/02/11/armenia-turkey-border-opened-for-first-time-in-35-years-to-allow-aid-through_6015313_4.html

Publié le 15/02/2023


Emile Bouvier est chercheur indépendant spécialisé sur le Moyen-Orient et plus spécifiquement sur la Turquie et le monde kurde. Diplômé en Histoire et en Géopolitique de l’Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, il a connu de nombreuses expériences sécuritaires et diplomatiques au sein de divers ministères français, tant en France qu’au Moyen-Orient. Sa passion pour la région l’amène à y voyager régulièrement et à en apprendre certaines langues, notamment le turc.


 


Syrie

Politique