samedi 23 octobre 2021



https://www.lesclesdumoyenorient.com/519



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 2800 articles publiés depuis juin 2010

samedi 23 octobre 2021
inscription nl


Accueil / Infos culture / Comptes rendus de revues

Les Cahiers de l’Orient, spécial Algérie, numéro 100

Par Anne-Lucie Chaigne-Oudin
Publié le 06/10/2010 • modifié le 20/04/2020 • Durée de lecture : 3 minutes

Le rôle de l’armée est central dans la politique algérienne, car « à l’aube de l’indépendance de l’Algérie, elle s’est révélée être le seul groupe organisé capable de combler le vide institutionnel laissé par l’Etat français ». L’armée a donc un rôle essentiel dans la construction du pays, et s’est positionnée en « acteur historique du nation-building algérien ». Il apparaît cependant que depuis la fin de la guerre civile, l’armée ne semble plus gouverner même si « rien ne nous permet d’avancer avec certitude que l’armée cessera de réguler en amont la vie politique du pays ».

Les relations entre la France et l’Algérie restent marquées par l’histoire coloniale, et cet « inconfort » se traduit dans les relations diplomatiques entre les deux Etats. La question est au final de savoir « quelle est la politique étrangère de la France envers l’Algérie », au regard des liens, anciens, entre les deux pays ; au regard également de la « guerre » et du sentiment de culpabilité français. En outre, en politique étrangère, les objectifs de la France et ceux de l’Algérie diffèrent dans plusieurs dossiers (Sahara occidental, conflit israélo-palestinien), mais les deux Etats se retrouvent dans la coopération économique et technique.

Sur le plan économique, l’Algérie a opéré un redressement au début des années 2000, en raison notamment de sa politique pétrolière et gazière, mais la crise financière a mis en évidence la dépendance de l’Algérie aux hydrocarbures. Cette dépendance pose la question de l’adhésion de l’Algérie à l’OMC, en négociation, ainsi que celle de la réorientation de l’économie algérienne.

Sur le plan artistique, l’histoire du musée des Beaux Arts d’Alger est relatée, de son ouverture en 1931 (il abritait alors plus de 8 000 œuvres) à aujourd’hui. Le souhait de l’auteur est que le musée « retrouve tout son lustre en retrouvant toute sa légitimité ».

Les Cahiers de l’Orient se penchent également, en marge de ce dossier sur l’Algérie, sur la stratégie du président américain Obama en Afghanistan, au Pakistan et en Inde, afin de lutter contre al-Qaïda ; sur l’évolution de l’idéologie en République islamique d’Iran ainsi que sur le système éducatif iranien, islamisé en 1979 à la suite de la révolution, mais qui est contesté aujourd’hui. Deux lettres ouvertes sont également publiées, sur les questions de la laïcité et de la corruption au Liban. Sur le plan culturel, la place de Carthage dans la littérature est analysée autour de deux œuvres qui se déroulent dans cette ville tunisienne : Aucassin et Nicolette, chantefable du XIIIème siècle ; Le dernier des abencérages, nouvelle de François-René de Chateaubriand écrite en 1826.

Sommaire :
- Editorial d’Antoine Sfeir
- Algérie, 2010, par Benjamin Stora
- Au-delà des casernes, le rôle de l’armée en Algérie, par Radidja Nemar
France et Algérie, des affaires tout sauf étrangères, par Delphine Lagrange et Antoine Sfeir
- L’économie algérienne, toujours malade de sa dépendance aux hydrocarbures ? par Thierry Coville
- Beaux arts ou bazar ? Les péripéties du musée des beaux-arts d’Alger, par Collette Juilliard Beaudan
- Obama et la nouvelle stratégie pour l’AfPak : début d’une nouvelle guerre longue, par Najam Rafique
- La décadence idéologique de la République islamique, par Mehdi Khalaji
- Vers un système éducatif davantage islamisé ? par Saeed Paivandi
- Lettre ouverte à mes concitoyens et à nos responsables, par Salwa Nsouli-Lalardrie
- Lettre ouverte à mes concitoyens sur la corruption, par Salwa Nsouli-Lalardrie
- Hommage à la Tunisie, Carthage sous le signe de la perte, par Collette Juilliard Beaudan
- Notes de lecture, par Collette Juilliard Beaudan

Publié le 06/10/2010


Anne-Lucie Chaigne-Oudin est la fondatrice et la directrice de la revue en ligne Les clés du Moyen-Orient, mise en ligne en juin 2010.
Y collaborent des experts du Moyen-Orient, selon la ligne éditoriale du site : analyser les événements du Moyen-Orient en les replaçant dans leur contexte historique.
Anne-Lucie Chaigne-Oudin, Docteur en histoire de l’université Paris-IV Sorbonne, a soutenu sa thèse sous la direction du professeur Dominique Chevallier.
Elle a publié en 2006 "La France et les rivalités occidentales au Levant, Syrie Liban, 1918-1939" et en 2009 "La France dans les jeux d’influences en Syrie et au Liban, 1940-1946" aux éditions L’Harmattan. Elle est également l’auteur de nombreux articles d’histoire et d’actualité, publiés sur le Site.


 


Politique

Liban

Économie