Appel aux dons jeudi 23 mai 2024



https://www.lesclesdumoyenorient.com/3709



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 3000 articles publiés depuis juin 2010

mercredi 22 mai 2024
inscription nl


Accueil / Actualités / Analyses de l’actualité

Attaque de l’Iran contre Israël : point de situation et perspective

Par Emile Bouvier
Publié le 16/04/2024 • modifié le 19/04/2024 • Durée de lecture : 10 minutes

Quel objectif nourrit l’Iran avec cette attaque ? L’échec de cette attaque n’était-il pas prévisible ? Pourquoi les Iraniens ont-ils attendu deux semaines après le bombardement de leur ambassade pour riposter ? Quelles conséquences sur la stabilité régionale, en particulier sur les théâtres d’opérations où des alliés de l’Iran se trouvent déjà en situation de conflit, comme les Houthis au Yémen et le Hezbollah au Liban ? Ce sont à ces questions que cet article tâchera de répondre, en présentant tout d’abord le contexte et la genèse de cette attaque (I) avant d’en analyser les tenants et aboutissants (II).

I. Contexte et genèse de l’attaque

L’attaque de l’Iran s’inscrit dans deux contextes : celui de la guerre larvée qui l’oppose à Israël depuis le début des années 2000 d’une part et, de l’autre, le conflit entre l’Etat hébreu et le Hamas depuis le 7 octobre 2023. Le premier contexte est celui de la « menace existentielle » incarnée par le régime des mollahs pour les autorités israéliennes [1] ; depuis la présidence de Mahmoud Ahmadinejad (2005-2013) en particulier, les responsables iraniens répètent en effet régulièrement leur intention de « détruire » [2] Israël ou de « l’annihiler » [3], quand ils ne la comparent pas à une « tumeur cancéreuse » qu’il faut « éliminer » [4]. Une guerre clandestine oppose dès lors depuis le début des années 2000 les deux pays : Israël, épaulé notamment des Etats-Unis, s’emploie à nuire autant que possible au programme nucléaire iranien en assassinant des scientifiques iraniens s’y trouvant impliqués [5] ou en sabotant des infrastructures-clés [6].

De son côté, l’Iran s’est efforcé, avec un certain succès, de tisser un réseau d’alliés dans la région et plus particulièrement autour d’Israël : exploitant à leur avantage plusieurs conflits-clés, telle que la guerre civile en Syrie ou la guerre contre Daech en Irak, les autorités iraniennes sont parvenues à se doter d’alliés loyaux et puissants dans la région. Ainsi, l’Iran compte comme alliés et proxies des groupes tels le puissant mouvement politico-militaire Hezbollah au Liban, le Hamas dans la bande de Gaza, les milices chiites en Irak et en Syrie ou encore les Houthis au Yémen. Grâce à un soutien soutenu de Téhéran au profit de ces groupes, ces deniers sont parvenus à s’installer dans le paysage politico-sécuritaire local, octroyant une capacité d’action accrue de l’Iran à travers la région, dont le « corridor iranien » [7] est l’une des meilleures incarnations. Cette présence militaire accrue de l’Iran et de ses alliés n’est toutefois pas sans déplaire à Israël : l’Etat hébreu conduit régulièrement des frappes contre des positions du Hezbollah présent en Syrie [8], voire contre les forces iraniennes [9], qui se sont déployées en territoire syrien en 2013 pour aider leur allié Bachar al-Assad [10].

Le deuxième contexte de l’attaque iranienne du 13 avril 2024 est très étroitement imbriqué avec le premier : il s’agit du conflit opposant Israël au Hamas depuis le 7 octobre 2023. Particulièrement meurtrière pour les belligérants, palestiniens comme israéliens, cette guerre se caractérise également par l’implication de plusieurs alliés paraétatiques majeurs de l’Iran, notamment le Hezbollah et les Houthis. L’Iran, officiellement tête de file de « l’Axe de la Résistance » - entité faîtière rassemblant peu ou prou Téhéran et ses alliés/proxies -, était toutefois restée jusqu’ici relativement modérée : menaçante et belliqueuse dans ses propos, ses actions offensives restaient jusqu’alors inexistantes, dans une volonté claire de ne pas provoquer d’escalade sécuritaire et/ou d’embrasement régional dans lesquels Téhéran aurait eu davantage à perdre qu’à gagner. Sa confrontation avec le Hamas n’a pas empêché Israël de continuer à mener des frappes en Syrie, jusqu’à celle du 1er avril au cours duquel le bâtiment consulaire de l’ambassade iranienne à Damas a été détruit, tuant seize personnes sur le coup dont plusieurs Gardiens de la révolution, parmi lesquels les hauts-responsables Mohammed Reza Zahedi et Mohammad Hadi Haji Rahimi [11].

Après deux semaines de promesses de représailles, qui seront détaillées infra, l’Iran lance le 13 avril au soir son attaque, en coordination avec plusieurs de ses proxies ; quelque 170 drones, 120 missiles balistiques et 30 missiles de croisière sont lancés contre Israël [12] durant la nuit. Selon l’état-major israélien, 99% de ces munitions sont interceptées avant de toucher leur cible [13]. De fait, outre la mobilisation des systèmes de défense antiaérienne israéliens « Dôme de Fer », « Fronde de David » et « Arrow », Israël a bénéficié de l’appui soutenu des Etats-Unis [14], du Royaume-Uni [15], de la France [16] et même de la Jordanie [17] dans l’interception de ces drones et missiles. En tout, une centaine de drones et missiles iraniens auraient été abattus par les Etats-Unis et leurs alliés en-dehors de l’espace aérien israélien [18]. Au final, plusieurs dizaines de blessés seront dénombrés à l’issue de l’attaque, et une jeune Bédouine de sept ans, grièvement blessée dans le désert du Néguev par les débris d’un missile intercepté dans le ciel, se trouverait toujours aujourd’hui entre la vie et la mort [19]. Du point de vue matériel, les bases aériennes israéliennes de Nevatim et Ramon auraient été légèrement endommagées, ainsi qu’un avion de transport militaire C-130 [20].

Alors qu’Israël a souligné l’échec de l’attaque et affirmé qu’il ne laisserait pas l’Iran « s’en sortir comme ça » (sic) [21], affirmant vouloir lancer à son tour une riposte « bien plus puissante et décisive » [22], Téhéran a de son côté considéré l’attaque comme un succès en la présentant comme un acte de légitime défense, affirmant que l’opération était désormais terminée [23]. La communauté internationale, au premier rang desquels les Etats-Unis qui ont fait savoir qu’ils continueraient à défendre Israël mais ne prendraient part à aucune action offensive contre l’Iran [24], reste dès lors suspendue à la réponse que Tel-Aviv entend adopter face à l’Iran.

II. Un échec calculé ?

L’Iran a-t-il vraiment atteint ses objectifs ? Les autorités iraniennes cherchent-elles la confrontation directe et généralisée avec Israël ? Téhéran pensait-il réellement que ses missiles et drones parviendraient à atteindre leurs objectifs malgré leur survol direct de plusieurs bases américaines équipées - et renforcées pour l’occasion [25] - de systèmes de défense antiaérienne parmi les plus performants du monde ? Beaucoup de questions se posent sur cette attaque historique, au premier rang desquels sur les raisons même de son existence.

En effet, pourquoi Israël a-t-il bombardé une emprise diplomatique iranienne, sachant très bien qu’un tel affront et qu’une telle violation du droit international pousseraient nécessairement Téhéran à réagir ? Certains [26] y voient là une stratégie délibérée de Tel Aviv visant à pousser les Iraniens à la faute et, partant, à forcer les Etats-Unis à entrer également dans le conflit aux côtés d’Israël, y compris sur les fronts gazaoui et libanais.

Il apparaît fortement probable, de fait, que les Etats-Unis et l’Iran aient en effet perçu la stratégie israélienne et aient cherché dès lors à trouver une issue convenable pour tous qui permette d’éviter une escalade sécuritaire dont ni Washington - en pleine campagne électorale -, ni Téhéran - qui s’emploie depuis le 7 octobre 2023 à ne pas s’impliquer réellement dans le conflit- ne veulent. Il semblerait ainsi que l’Iran ait fait preuve d’une modération calculée dans sa riposte, certainement en accord avec Washington, afin d’éviter une véritable escalade sécuritaire et un potentiel embrasement régional ; plusieurs éléments tendent à le démontrer.

Premièrement, deux - longues - semaines se sont écoulées entre la frappe israélienne sur l’ambassade iranienne à Damas et la riposte de l’Iran. D’un point de vue militaire, une telle durée de préparation de la riposte s’avère contre-productive et n’a dès lors que peu de sens, en cela qu’elle laisse à l’adversaire tout le loisir de se préparer. De fait, ces deux semaines s’expliquent par les nombreux échanges entre Washington et l’Iran visant à éviter une déflagration régionale : plusieurs rapports font état de la visite d’émissaires iraniens - au premier rang desquels le Ministre des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian - aux Etats-Unis ces dernières semaines [27] afin de discuter des options de sortie de crise. Cette visite est d’autant plus intéressante que les deux pays, officiellement, ne se parlent pas : lors de leurs régulières négociations au Qatar, les délégations américaines et iraniennes ne se parlent qu’à travers des chambres d’hôtels séparées, les diplomates qataris faisant office de navette entre les deux parties [28]. Si le contenu exact de cette visite du chef de la diplomatie iranienne à Washington n’est pas connu, plusieurs médias ont divulgué des informations faisant état des efforts déployés par l’Iran ces derniers jours auprès des Etats-Unis pour leur faire savoir leur souhait de ne pas entrer en guerre avec Tel Aviv et Washington [29].

Par ailleurs, il apparaît clair que l’opération était vouée à l’échec (ou du moins à un succès - et donc à des dommages - très limité), et les Iraniens le savaient bien [30] : il était certain, d’un point de vue tant tactique, opérationnel et stratégique, que les missiles et les drones - envoyés en plusieurs vagues successives, de surcroît - seraient quasiment tous interceptés en raison de la présence, tout le long de leur itinéraire, de forces américaines et de leurs alliés disposant de moyens antiaériens terrestres, aériens et maritimes de pointe : des missiles ont ainsi été interceptés au-dessus d’Erbil [31], de l’Irak [32], de la Syrie [33] ou encore d’Amman [34] avant que la défense antiaérienne israélienne n’entre elle-même en action. Les Iraniens eux-mêmes ont admis avoir prévenu les pays de la région de la commission future de l’attaque, 72h avant son déclenchement [35] ; une action particulièrement dommageable pour le succès de l’opération et pour l’effet de surprise, d’autant que plusieurs pays du Golfe auraient transmis des renseignements sur l’attaque aux Etats-Unis, y compris l’Arabie saoudite [36]. Comme la journaliste américaine Tamara Qiblawi l’écrit, « l’attaque de l’Iran semblait planifiée pour minimiser les pertes mais maximiser le spectacle » [37]. De fait, cette attaque à l’échec calculé a permis aux Iraniens de conserver leur crédibilité aux yeux de leurs alliés en démontrant leur détermination et leur capacité à lancer plusieurs centaines de missiles et de drones contre Israël, et aux Etats-Unis d’éviter une escalade incontrôlée. A cet égard, il n’apparait pas anodin que l’Iran a souligné à plusieurs reprises le caractère « calibré » de son attaque [38]. De même, le président américain Joe Biden, lors de son appel téléphonique à Benjamin Netanyahou à l’issue de l’attaque, l’a appelé à reconnaître que l’échec de l’attaque iranienne constituait une victoire en soi et l’a encouragé à ne pas riposter à son tour en lui assénant que, de leur côté, les Etats-Unis ne participeraient à aucune action offensive contre l’Iran [39].

Conclusion

Ainsi, l’attaque iranienne du 13 avril 2024 revêt un caractère hautement historique mais aussi éminemment géopolitique : si l’Iran a attaqué pour la première fois Israël en tant que République islamique, elle semble en réalité avoir tout fait pour minimiser le plus possible les dommages causés par l’attaque et, partant, les risques d’une escalade sécuritaire et d’un potentiel conflit généralisé. Les Etats-Unis semblent à cet égard parfaitement alignés sur la volonté iranienne de ne pas initier un nouveau conflit au Moyen-Orient et appellent plus que jamais à la désescalade ; la réponse d’Israël, actuellement en cours de réflexion, se montrera déterminante dans le maintien de ce relatif statu quo ou, au contraire, dans une surenchère militaire potentiellement incontrôlable.

Finalement, cinq jours après l’attaque de Téhéran et à l’issue de nombreux débats au sein des sphères décisionnelles iraniennes, l’Etat hébreu a lancé sa riposte contre l’Iran : tôt dans la matinée du 19 avril 2024, plusieurs explosions ont été entendues à Ispahan, en particulier à proximité de l’aéroport où se trouve également une base aérienne militaire iranienne, et à Natanz, connue pour abriter des infrastructures particulièrement sensibles du programme nucléaire iranien [40]. Trois drones israéliens auraient été abattus par l’armée iranienne [41] ; aucun dommage n’aurait toutefois été observé sur ces dernières selon l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) [42]. Des frappes auraient également été observées en Irak et en Syrie sur des positions militaires de Téhéran et de ses proxies [43], sans plus de détail au moment de la rédaction de cette mise à jour. Si l’Iran a affirmé n’avoir subi « aucun dégât majeur », son espace aérien a tout de même été fermé [44] et ses défenses antiaériennes « activées » [45]. Les Etats-Unis ont fait entendre qu’ils n’avaient joué aucun rôle dans cette riposte et, surtout, qu’ils ne l’ont pas approuvée [46]. De nombreux Etats de la région ont condamné l’attaque, y compris Oman, dont la tradition de neutralité a pourtant fait la réputation [47]. Selon un responsable iranien ayant requis l’anonymat auprès du quotidien israélien The Times of Israel, l’Iran n’aurait pas, à l’heure actuelle, l’intention de lancer de riposte immédiate [48].

A lire sur Les clés du Moyen-Orient :
 Les milices chiites au Levant : historique et point de situation de leurs activités. Partie 1 : le Hezbollah libanais, parrain et modèle des milices chiites en Syrie
 La mer Rouge, nouveau front du conflit israélo-palestinien ?
 Le Hezbollah en pleine mutation : d’un mouvement de libération nationale à une alliance stratégique régionale avec l’Iran (1/2) : l’ascension du Hezbollah au sein du régime libanais
 A relire, en lien avec l’actualité : Les relations entre l’Iran et Israël avant la révolution de 1979 : bref exposé historique
 La révolution iranienne a trente ans

Sitographie :
 Is Iran really the existential threat Israel claims it is ? This author thinks not, The Times of Israel, 05/03/2023
https://www.timesofisrael.com/is-iran-really-the-existential-threat-israel-claims-it-is-this-author-thinks-not/
 Commander Says Iran Will Destroy Israel And Attack The US, Iran International, 08/06/2022
https://www.iranintl.com/en/202208065484
 Iran leader’s call to ‘annihilate’ Israel sparks fury as nuclear deadline looms, CNN, 10/11/2014
https://edition.cnn.com/2014/11/10/world/meast/iran-annihilate-israel/index.html
 Iran leader says Israel a ‘cancerous tumor’ to be destroyed, AP News, 22/05/2020
https://apnews.com/article/a033042303545d9ef783a95222d51b83
 Mossad killed Iran’s top nuke scientist with remote-operated machine gun — NYT, The Times of Israel, 18/09/2021
https://www.timesofisrael.com/mossad-killed-irans-top-nuke-scientist-with-remote-operated-machine-gun-nyt/
 Stuxnet : un ingénieur néerlandais à l’origine de l’infection, Le Monde informatique, 11/01/2024
https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-stuxnet-un-ingenieur-neerlandais-a-l-origine-de-l-infection-92649.html
 L’importance stratégique du « corridor iranien », Arab News, 26/08/2023
https://www.arabnews.fr/node/417126/ali-hamade
 Israel Shells Hezbollah Position In Syria Amid Fears Of Multi-Front War, Iran International, 24/04/2024
https://www.iranintl.com/en/202304248473
 Israeli attack kills Iranian Guards officer in Syria, Iran says, Reuters, 31/03/2023
https://www.reuters.com/world/middle-east/syrian-air-defences-confront-hostile-targets-over-damascus-state-media-2023-03-30/
 Iran emerging as victor in Syrian conflict, The Wasington Post, 12/06/2013
https://www.washingtonpost.com/world/middle_east/iran-emerging-as-victor-in-syrian-conflict/2013/06/11/345d92b2-d2c2-11e2-8cbe-1bcbee06f8f8_story.html
 Iran vows revenge as it accuses Israel of deadly airstrike on Syria consulate in deepening Middle East crisis, CNN World, 02/04/2024
https://edition.cnn.com/2024/04/02/middleeast/iran-response-israel-damascus-consulate-attack-intl-hnk/index.html
 Israel says Iran launched more than 300 drones and missiles, 99% of which were intercepted, AP News, 14/04/2024
https://apnews.com/article/strait-of-hormuz-vessel-33fcffde2d867380e98c89403776a8ac
 April 14, 2024 - Iran’s attack on Israel, CNN World, 15/04/2024
https://edition.cnn.com/middleeast/live-news/israel-hamas-war-gaza-news-04-14-24/h_5b039077c2967d06dc1ae65139bad3a1
 US helps Israel thwart Iran assault ; world awaits Israeli response, The Hill, 13/04/2024
https://thehill.com/homenews/4592670-us-intercepts-iranian-drones-targeting-israel/
 RAF fighter jets shot down Iran drones, Rishi Sunak says, BBC, 14/04/2024
https://www.bbc.com/news/uk-68810774
 Macron : France intercepted Iranian drones ‘at Jordan’s request’, Politico, 15/04/2024
https://www.politico.eu/article/france-intercepted-iranian-drones-at-jordans-request-emmanuel-macron/
 Jordan says it intercepted flying objects that entered its airspace, Reuters, 14/04/2024
https://www.reuters.com/world/middle-east/jordan-says-it-intercepted-flying-objects-that-entered-its-airspace-2024-04-14/
 US, UK and Jordan intercept many of the Iranian drones headed to Israel, The Times of Israel, 14/04/2024
https://www.timesofisrael.com/us-uk-and-jordan-intercept-many-of-the-iranian-drones-headed-to-israel/
 Young girl seriously hurt in Iran attack remains in life-threatening condition, The Times of Israel, 14/04/2024
https://www.timesofisrael.com/young-girl-seriously-hurt-in-iran-attack-remains-in-life-threatening-condition/
 Israel-Gaza live updates : We ’defeated’ Iran, Biden says, ABC News, 15/04/2024
https://abcnews.go.com/International/live-updates/israel-gaza-hamas-war/minor-damage-reported-at-2-israeli-air-bases-109221472?id=108860743
 « L’Iran ne s’en sortira pas comme cela », promet Israël après l’attaque de Téhéran, Le Journal du Dimanche, 14/04/2024
https://www.lejdd.fr/international/liran-ne-sen-sortira-pas-comme-ca-promet-israel-apres-lattaque-de-teheran-144090
 Iran warns Israel against ’reckless’ retaliation, BBC, 14/04/2024
https://www.bbc.com/news/world-middle-east-68811241
 Bullish Iran hails attack on Israel as a success and says operation is over, The Guardian, 14/04/2024
https://www.theguardian.com/world/2024/apr/14/bullish-iran-hails-attack-israel-success-operation-over
 Biden vows G7 response, ‘ironclad’ US support for Israel after Iran attacks, Al Jazeera, 14/04/2024
https://www.aljazeera.com/news/2024/4/14/biden-vows-g7-response-ironclad-us-support-for-israel-after-iran-attacks
 US sends reinforcements to Middle East, Hezbollah targets Israeli positions, France24, 12/04/2024
https://www.france24.com/en/middle-east/20240412-%F0%9F%94%B4-live-israel-says-it-will-defend-itself-if-iran-responds-to-attack-on-its-consulate
 Israel and Israel Alone Kicked Off This Escalation — In a Bid to Drag U.S. Into War With Iran, The Intercept, 14/04/2024
https://theintercept.com/2024/04/14/israel-iran-drag-us-war-netanyahu-biden/
 Exclusive : Iranian top diplomat due in US amid fears of Iran-Israel war, Amwaj, 09/04/2024
https://amwaj.media/article/exclusive-iranian-top-diplomat-due-in-us-amid-fears-of-iran-israel-war
 Possible deal to free American prisoners in Iran called for shuttle diplomacy – from hotel to hotel, CNN Politics, 12/08/2023
https://edition.cnn.com/2023/08/12/politics/iran-prisoner-deal-took-shuttle-diplomacy-from-hotel-to-hotel/index.html
 US military isn’t that concerned about war with Iran, The Intercept, 13/03/2024
https://theintercept.com/2024/04/13/iran-israel-war/
 Iran’s reprisal attack on Israel : A failed attack or a veiled warning ?, France24, 15/04/2024
https://www.france24.com/en/middle-east/20240415-iran-reprisal-attack-israel-failed-attack-or-veiled-warning-israel-iron-dome-reprisal
 WATCH : IAF fighter jets down Iranian drones ; footage shows minor damage to airbase, The Times of Israel, 14/04/2024
https://www.timesofisrael.com/watch-iaf-fighter-jets-down-iranian-drones-footage-shows-minor-damage-to-airbase/
 Watch : Iranian missiles intercepted over Jerusalem, The National, 14/04/2024
https://www.thenationalnews.com/news/mena/2024/04/14/watch-iranian-missiles-intercepted-over-jerusalem/
 Most of the Iranian drones over Syria were downed by Israel,US, intelligence sources say, Reuters, 14/04/2024
https://www.reuters.com/world/middle-east/most-iranian-drones-over-syria-were-downed-by-israelus-intelligence-sources-say-2024-04-14/
 Jordan says it intercepted projectiles to ensure safety of its citizens, The Times of Israel, 14/04/2024
https://www.timesofisrael.com/liveblog_entry/jordan-says-it-intercepted-projectiles-to-ensure-safety-of-its-citizens/
 Iran’s attack seemed planned to minimize casualties while maximizing spectacle, CNN World, 14/04/2024
https://edition.cnn.com/2024/04/14/middleeast/iran-israel-attack-drones-analysis-intl/index.html
 Scoop : Biden told Bibi U.S. won’t support an Israeli counterattack on Iran, AXIOS, 14/04/2024
https://www.axios.com/2024/04/14/biden-netanyahu-iran-israel-us-wont-support
 Iran signals ‘calibrated’ retaliation to Israeli strike, Financial Times, 15/04/2024
https://www.ft.com/content/bdbc3ad0-376e-486f-a0be-fd6eea975d20
 Israel attacks Iran, sources say, drones reported over Isfahan, Reuters, 19/04/2024
https://www.reuters.com/world/middle-east/israeli-missiles-hit-site-iran-abc-news-reports-2024-04-19/
 Simultaneous Israeli strikes on Iran, Iraq and Syria – reports, i24 News, 19/04/2024
https://www.i24news.tv/en/news/israel/defense/artc-simultaneous-israeli-strikes-on-iran-iraq-and-syria-reports
 Senior Iranian official : No immediate plans for retaliation against Israel, The Times of Israel, 19/04/2024
https://www.timesofisrael.com/liveblog_entry/senior-iranian-official-no-immediate-plans-for-retaliation-against-israel/
 Iran Eases Flight Curbs After Israel Said to Launch Strike, Bloomberg, 19/04/2024
https://www.bloomberg.com/news/articles/2024-04-19/iran-shuts-airspace-flights-divert-as-israel-launches-missiles
 Iran activates its air defense, US media reports Israeli strike, Le Monde, 19/04/2024
https://www.lemonde.fr/en/international/article/2024/04/19/israel-launches-air-strike-against-iran-reports-us-media_6668873_4.html
 The US was informed of the Israeli attack, but did not support it, Agenzia Nova, 19/04/2024
https://www.agenzianova.com/en/news/The-US-was-informed-of-the-Israeli-attack-but-did-not-support-it/
 Oman condemns ‘Israeli attack’ on Iran : Foreign ministry, Al Arabiya News, 19/04/2024
https://english.alarabiya.net/News/middle-east/2024/04/19/oman-condemns-israeli-attack-on-iran-foreign-ministry-
 Israel-Iran tensions live news : Explosions as ‘drones downed’ over Isfahan, Al Jazeera, 19/04/2024
https://www.aljazeera.com/news/liveblog/2024/4/19/live-israel-launches-missile-attack-in-response-to-iran-assault
 IAEA confirms no damage made to Iran’s nuclear sites in Israel’s attack, The Jerusalem Post, 19/04/2024
https://www.jpost.com/breaking-news/article-797888#google_vignette

Publié le 16/04/2024


Emile Bouvier est chercheur indépendant spécialisé sur le Moyen-Orient et plus spécifiquement sur la Turquie et le monde kurde. Diplômé en Histoire et en Géopolitique de l’Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, il a connu de nombreuses expériences sécuritaires et diplomatiques au sein de divers ministères français, tant en France qu’au Moyen-Orient. Sa passion pour la région l’amène à y voyager régulièrement et à en apprendre certaines langues, notamment le turc.


 


Iran