Appel aux dons vendredi 14 juin 2024



https://www.lesclesdumoyenorient.com/3629



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 3100 articles publiés depuis juin 2010

vendredi 14 juin 2024
inscription nl


Accueil / Actualités / Analyses de l’actualité

Israël et l’Azerbaïdjan, une romance diplomatique sous le sceau de la realpolitik (2/2). Un rapprochement stratégique et opérationnel toujours plus étroit

Par Emile Bouvier
Publié le 07/07/2023 • modifié le 07/07/2023 • Durée de lecture : 9 minutes

Crédits photo : BAKU, AZERBAIJAN - MAY 30. Israeli President Isaac Herzog (L) meets with Azerbaijani President Ilham Aliyev ® in Baku, Azerbaijan on May 30, 2023. Azerbaijani Presidency / Handout / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

Lire la partie 1 : Des intérêts communs éminemment pragmatiques

II. Un rapprochement stratégique et opérationnel toujours plus étroit

1. Une coopération militaire inédite

La relation militaire israélo-azerbaïdjanaise, au moins pour son volet commercial, prend réellement son envol à partir de 2014, date à laquelle les tensions à la frontière arméno-azerbaïdjanaise connaissent un regain de tensions inédits [1] depuis la Première guerre du Haut-Karabagh (20 février 1988-16 mai 1994) au point d’aboutir, en 2016, en une série d’affrontements qui sera baptisée la « Guerre des quatre jours » (du 1er au 5 avril 2016). L’inévitabilité quasi-certaine d’un nouveau conflit entre les deux belligérants poussera ainsi Ilham Aliyev à s’y préparer à marche forcée et à identifier des alliés à même de lui fournir l’armement nécessaire et, dans le cas d’Israël, un partenaire qui ne se montrerait pas regardant quant à l’usage qui serait fait de ces armes ni n’exigerait une quelconque forme de tutelle dans leur utilisation [2]. Ainsi, alors que 30% des équipements militaires azerbaïdjanais étaient importés d’Israël sur la période 2013-2016, ce chiffre est passé à 69% pour la période 2016-2020 [3] ; ces importations ne s’avéreront pas seulement substantielles en termes de proportions mais également de finances : en 2016, Bakou achètera pour 5 millions de dollars de matériel militaire à Tel-Aviv [4] et ne fera que croître ses dépenses jusqu’à atteindre 137 millions de dollars en 2017 [5] et, en 2021, potentiellement 2 milliards [6]. L’arsenal azerbaïdjanais est donc devenu rapidement, dans sa très grande majorité, d’origine israélienne, à travers la quasi-intégralité du spectre des matériels de guerre : outre différents types de drones, et sans exhaustivité, l’Azerbaïdjan a acheté à Israël des fusils d’assaut Tavor, des batteries de lance-roquettes multiples Lynx, des pièces d’artillerie LAR-160, des mortiers Hanit et Cardom, des systèmes de communication Tadiran, des munitions antichars, des missiles balistiques LORA et même des navires basés sur le modèle des bâtiments israéliens de classe Saar et Shaldag MKV [7].

Ainsi, si l’usage du matériel militaire de manufacture turque - notamment les drones Bayraktar TB2 - sera abondamment médiatisé et se montrera déterminant dans la victoire azerbaïdjanaise lors de la deuxième guerre du Haut-Karabagh, au point de laisser des grandes puissances militaires comme le Royaume-Uni en envisager l’achat [8], le matériel militaire israélien se montrera non seulement plus nombreux en terme de quantités et de diversité, mais tout autant décisif dans la défaite arménienne : tandis que Bakou aurait disposé d’une cinquantaine de drones turcs, la flotte d’appareils sans pilote de manufacture israélienne aurait avoisiné, elle, les 620 drones (120 drones tactiques et 500 drones kamikazes) [9], par exemple.

Ainsi, aux côtés des drones turcs voleront des drones israéliens de type Hermes 450/900, Orbiter, SkyStriker et Harop tandis que divers autres équipements israéliens s’illustreront au cours du conflit, notamment une batterie de missiles sol-air Barak-8 qui interceptera un missile Iskender, de manufacture russe, tiré par l’Arménie sur l’Azerbaïdjan [10]. Par ailleurs, les forces azerbaïdjanaises bénéficieront, dans leur mise en œuvre des tirs d’artillerie et de frappes de drones, d’un avantage opérationnel considérable grâce à la modélisation numérique de terrain (MNT) [11] du territoire du Haut-Karabagh par la société israélienne Elta Systems [12]. Cette omniprésence militaire israélienne dans les opérations azerbaïdjanaises dans le Haut-Karabagh ne sera que peu médiatisée mais s’avérera d’une ampleur suffisante pour qu’Erevan décide, le 1er octobre 2020, de rappeler son ambassadeur en Israël en guise de protestation [13].

En dehors du matériel de guerre israélien traditionnel, l’Azerbaïdjan et Israël se sont également rapprochés dans le domaine cyber, comme vu supra avec l’utilisation du logiciel espion Pegasus au profit de Bakou. Ce partenariat s’est notamment illustré par l’annonce, le 17 novembre 2022, de la création prochaine d’un centre de cybersécurité sur le sol azerbaïdjanais avec le soutien d’Israël [14], dont la mission sera de « former des spécialistes et des instructeurs hautement qualifiés dans le domaine de la cybersécurité » visant à former « plus de 1 000 personnes, dont 15 instructeurs hautement qualifiés, dans les trois ans à venir » [15]. En janvier et février 2023 déjà, l’Association des organisations de cybersécurité d’Azerbaïdjan (AKTA) s’était rendue en Israël afin de rencontrer diverses entités gouvernementales et privées spécialisées dans le domaine cyber afin d’échanger et renforcer leur coopération [16]. Bakou cherche, de fait, à renforcer ses capacités cyber offensives et défensives dans le cadre de sa montée en puissance régionale et il n’apparaît pas anodin, à cet égard, qu’un groupe de pirates connus pour opérer au sein du territoire azerbaïdjanais -caractérisés par leur utilisation d’une technique surnommée « OxtaRAT » - afin d’espionner les dissidents, journalistes et membres d’organisations humanitaires, ait récemment commencé à opérer en-dehors des frontières azerbaïdjanaises et plus particulièrement en Arménie [17].

Du reste, l’imbrication sécuritaire croissante entre Tel-Aviv et Bakou est devenue si forte au fil des années qu’elle a pu alimenter des rumeurs - pour le moment non-confirmées officieusement et officiellement infirmées [18] - de l’existence d’une base aérienne en Azerbaïdjan dont Bakou aurait laissé l’usage aux forces armées israéliennes en cas de conflit avec l’Iran [19].

2. Des échanges énergétiques et commerciaux toujours plus fructueux

Comme évoqué supra, les exportations de pétrole azerbaïdjanais [20] n’ont fait que croître au fil des années pour représenter, aujourd’hui, plus de 40% des importations israéliennes en or noir [21], grâce au pipeline Baku-Tbilisi-Ceyhan qui, depuis la Turquie, dessert ensuite le territoire israélien. Comme pour le volet militaire, ce partenariat énergétique ne se cantonne pas à de simples transactions mais à une coopération bien plus large ; une filiale de la State Oil Company of the Azerbaijan Republic (SOCAR) participe par exemple à des activités d’exploration pétrolière et gazière au large des côtes israéliennes, notoirement riches en hydrocarbures [22], afin d’aider Tel-Aviv à identifier les ressources énergétiques desquelles elle pourra tirer de substantiels revenus - sans compter son autosuffisance énergétique du point du vue gazier. Enfin, un dernier point notable de la coopération énergétique israélo-azéri est celui des énergies renouvelables ; s’il apparaît toujours intéressant de constater les annonces de partenariat économique dans ce domaine, il apparaît encore plus intéressant de remarquer qu’une quinzaine d’entreprises israéliennes se sont déclarées ostensiblement [23] désireuses de prendre part aux projets d’énergie verte que l’Azerbaïdjan entend mener dans le Haut-Karabagh [24] - une façon, pour Israël, de reconnaître la souveraineté azerbaïdjanaise sur ce territoire dont une partie de la classe politique arménienne et certaines figures politiques européennes soulignent encore l’appartenance à la nation arménienne [25].

Au-delà de cette coopération énergétique, Tel-Aviv et Bakou s’emploient également à diversifier et développer autant que possible leurs échanges commerciaux ; la visite à Bakou du ministre des Finances israélien Avigdor Liberman en avril 2022 [26] tend à le démontrer, bien que la valeur des exportations israéliennes vers l’Azerbaïdjan ne parvient pas encore à se passer des ventes de matériel de guerre ; ainsi, fortement poussées par ces dernières, les exportations israéliennes sont passées de 113,9 millions de dollars en 2019 à près de 200 millions l’année suivante, année de la reconquête de la quasi-totalité du Haut-Karabagh par l’Azerbaïdjan ; puis, la victoire azérie acquise et la pandémie de COVID-19 ralentissant les échanges commerciaux, les exportations israéliennes sont descendues à 119,7 millions en 2021 et ne sont parvenues à remonter tout au plus qu’à 159,1 millions en 2022 [27], prouvant l’omnipotence des ventes d’armes dans les variations de la valeur des exportations israéliennes vers l’Azerbaïdjan.

Côté azerbaïdjanais, la situation semble, aujourd’hui, s’être inversée : après une chute drastique des exportations azerbaïdjanaises vers Israël dues à la pandémie de COVID-19, passant de 1,8 milliards de dollars en 2019 à 450 millions en 2020, leur valeur n’a fait que croître jusqu’à aujourd’hui, passant de 900 millions de dollars en pleine reprise économique mondiale en 2021 à 1,7 milliards de dollars en 2022, année de l’offensive russe en Ukraine. Les exportations de pétrole azerbaïdjanais vers Israël jouent un rôle déterminant dans cette hausse substantielle, mais pas seulement : si le conflit en Ukraine a eu des répercussions brutales sur le marché énergétique mondial, l’onde de choc alimentaire provoquée par cette guerre entre deux des plus grandes producteurs de blé du monde continue de résonner encore aujourd’hui à travers un grand nombre de pays, notamment au Moyen-Orient.

Ainsi, sans surprise, après s’être tourné vers l’Azerbaïdjan lorsqu’il craignait de manquait de pétrole, c’est à nouveau vers son partenaire chiite que l’Etat hébreu s’est tourné lorsqu’il s’est agi du blé : très dépendant des importations de blé - les agriculteurs israéliens n’en produisant que 116 691 tonnes en 2020 [28] alors que le pays en consommait 1 900 000 tonnes la même année [29] -, Israël a cherché de nouvelles voies d’approvisionnement, à commencer par son partenaire azéri [30] qui produisait, quant à lui, 1 818 665 de tonnes de blé en 2020 [31]. Si l’Azerbaïdjan ne produit pas assez de blé pour être en mesure de l’exporter - le pays n’étant autosuffisant alimentairement qu’à hauteur de 60% en 2022 [32] -, les autorités ont lancé un chantier majeur de modernisation et d’expansion de la production de blé azerbaïdjanaise devant leur permettre d’en produire assez pour satisfaire la demande intérieure ainsi que pour en exporter. Pour faire avancer ce projet, Israël a d’ores et déjà annoncé [33] son intention de fournir à l’Azerbaïdjan les dernières technologies agricoles que développe et met en œuvre l’Etat hébreu [34] en matière de culture du blé, dans le but de pouvoir importer du blé azerbaïdjanais dès 2025.

Fort de ce projet, l’Azerbaïdjan a initié à partir de 2022 un investissement financier et politique au profit de la cuture du blé, allant d’une hausse substantielle des subventions - le blé étant devenu la culture agricole la plus subventionnée en 2023 en Azerbaïdjan [35] - à diverses autres mesures comme une baisse de la TVA [36] et en passant par la création de nouvelles parcelles de culture du blé, y compris dans les territoires reconquis, et fertiles [37], du Haut-Karabagh où, là encore, plusieurs entreprises israéliennes ont fait part de leur souhait d’accompagner l’Azerbaïdjan dans ses vastes projets agricoles [38].

Conclusion

Ainsi, si le partenariat azéro-israélien se caractérise par son inscription dans le temps long et sa relative confidentialité au vu de la sensibilité et du caractère éminemment stratégique des sujets qui les rapprochent, il apparaît aujourd’hui que l’ampleur de leur coopération et les réussites indéniables de celle-ci font apparaître de plus en plus au grand jour les contours de cette collaboration de haut niveau. Si le couple azéro-israélien ne risque pas de bouleverser profondément la donne géopolitique au Moyen-Orient, il participe en revanche à la montée en puissance, chacun dans son aire respective et sans concurrence entre eux, d’Israël et de l’Azerbaïdjan à travers la région du Moyen-Orient élargi. La clé de ce partenariat réside, de fait, sur l’absence de théâtres diplomatiques majeurs où les deux pays pourraient se trouver en situation de rivalité ; leur relation reste ainsi dominée par un profond pragmatisme et une recherche partagée de partenaires partageant le même sens de la realpolitik. Les deux perdants de ce partenariat restent toutefois l’Iran et l’Arménie qui, de fait, montrent de plus en plus un front commun face aux diverses problématiques géopolitiques parcourant la région. La question de l’établissement d’un partenariat irano-arménien similaire à celui unissant Bakou à Tell-Aviv reste ainsi toute ouverte mais, pour le moment, fort peu probable.

A lire sur Les clés du Moyen-Orient :
 La « diplomatie du drone » : un instrument de hard-power au service du soft-power turc (1/2). Le développement de drones « made in Turkey », entre opportunité industrielle et nécessité opérationnelle
 Le Moyen-Orient, une alternative fiable aux approvisionnements gaziers russes pour l’Europe ? (1/3)
 Les enjeux énergétiques en Méditerranée orientale, ou la création d’une nouvelle arène géopolitique au Moyen-Orient. Partie I : des gisements d’hydrocarbures particulièrement prometteurs
 Course au gaz en mer Méditerranée orientale : la nouvelle donne pour Israël
 Le Moyen-Orient et la guerre en Ukraine : une prudence diplomatique quasi-unanime

Sitographie :
 Azerbaijani Defense Ministry Says Four Soldiers Killed Near Karabakh, RadioFreeEueope, 02/08/2014
https://www.rferl.org/a/karabakh-azerbaijani-troops-killed/25478588.html
 UK approved arms exports to Armenia and Azerbaijan, AOAV, 14/10/2020
https://aoav.org.uk/2020/uk-arms-in-armenia-and-azerbaijan/
 Israel and Azerbaijan : Trusted friends and reliable partners, MEI, 03/04/2023
https://www.mei.edu/publications/israel-and-azerbaijan-trusted-friends-and-reliable-partners
 Azerbaijan’s President : We’ve Bought Almost $5 Billion in Israeli Military Goods, Haaretz, 14/12/2016
https://www.haaretz.com/israel-news/2016-12-14/ty-article/.premium/azerbaijan-has-bought-5-billion-in-israeli-military-goods/0000017f-dee5-d3a5-af7f-feef0e170000
 Israel’s top arms clients : India, Vietnam, Azerbaijan, The Jerusalem Post, 14/03/2018
https://www.jpost.com/israel-news/israels-top-arms-clients-india-vietnam-azerbaijan-545027
 Azerbaijan in Talks to Buy $2 Billion More Israeli Arms, Asbarez, 12/08/2021
https://asbarez.com/azerbaijan-in-talks-to-buy-2-billion-more-israeli-arms/
 Israel’s Massive Supply of Sophisticated Weapons to Azerbaijan, The Armenian Weekly, 08/03/2023
https://armenianweekly.com/2023/03/08/israels-massive-supply-of-sophisticated-weapons-to-azerbaijan/
 Turning the Tables : The UK’s Case For Buying The Bayraktar TB2, ORYX, 01/12/2021
https://www.oryxspioenkop.com/2021/12/turning-tables-uks-case-for-buying.html
 Israel-Azerbaijan : An Alliance In Search of Renewal, FMES, 28/07/2021
https://fmes-france.org/israel-azerbaijan-an-alliance-in-search-of-renewal/
 Iskander missiles were intercepte by Israeli-made Barak-8 air defense, says Armenia, Global Defense Corp, 10/03/2021
https://www.globaldefensecorp.com/2021/03/10/iskander-missiles-were-intercepted-by-israeli-made-barak-8-air-defense-says-armenia/
 Middle East Institute : Israel waiting for new military orders from Azerbaijan, Caliber, 04/04/2023
https://caliber.az/en/post/156677/
 Armenia recalls ambassador to Israel over arms sales to Azerbaijan, Reuters, 01/10/2020
https://www.reuters.com/article/us-armenia-azerbaijan-israel-idUSKBN26M76L
 Azerbaijan will open cybersecurity center with Israeli support : Minister, News AZ, 17/11/2022
https://news.az/news/azerbaijan-will-open-cybersecurity-center-with-israeli-support-minister
 Azerbaijan Cybersecurity Center to train highly qualified personnel, AZERTAG, 29/03/2023
https://azertag.az/en/xeber/Azerbaijan_Cybersecurity_Center_to_train_highly_qualified_personnel-2548922
 Azerbaijan studies Israel’s experience in cybersecurity, News AZ, 04/02/2023
https://news.az/news/azerbaijan-studies-israels-experience-in-cybersecurity
 Armenian Entities Hit by New Version of OxtaRAT Spying Tool, The Hacker News, 17/02/2023
https://thehackernews.com/2023/02/armenian-entities-hit-by-new-version-of.html
 Does Israel have an Azerbaijan airbase ?, Iran Times, date non-spécifiée
https://iran-times.com/does-israel-have-an-azerbaijan-airbase/
 Baku To Allow Israel To Use Its Airfields To Attack Iran – Report, Iran International, 03/05/2023
https://www.iranintl.com/en/202303057139
 Azerbaijani ambassador : Border hostilities may harm Israeli oil supplies, The Jerusalem ost, 21/07/2020
https://www.jpost.com/israel-news/azerbaijani-ambassador-border-hostilities-may-harm-israeli-oil-supplies-635851
 Azerbaijan’s Cooperation with Israel Goes Beyond Iran Tensions, The Washington Institute for Near East Policy, 16/04/2013
https://www.washingtoninstitute.org/policy-analysis/azerbaijans-cooperation-israel-goes-beyond-iran-tensions
 Tens of Israeli companies applied for projects in Karabakh – ambassador, AzerNews, 16/02/2022
https://www.azernews.az/nation/189325.html
 New era kicks off : Azerbaijan, Israel building economic ties and regional influence, Trend News Agency, 18/04/2023
https://en.trend.az/azerbaijan/business/3736783.html
 EU Leader Again Refers to Artsakh Citizens as ‘Armenians Living in Former NKAO’, Asbarez, 30/05/2023
https://asbarez.com/eu-leader-again-refers-to-artsakh-citizens-as-armenian-living-in-former-nkao/
 Israel’s Liberman talks wheat, strategy in visit to Azerbaijan, Al Monitor, 02/05/2022
https://www.al-monitor.com/originals/2022/05/israels-liberman-talks-wheat-strategy-visit-azerbaijan
 Azerbaijan and Israel aim to boost agricultural cooperation amid concerns about food security, Top Center, 02/06/2022
https://top-center.org/en/analytics/3380/azerbaijan-and-israel-aim-to-boost-agricultural-cooperation-amid-concerns-about-food-security
 Azerbaijan provides itself with wheat by 60%, ABC AZ, 13/01/2022
https://abc.az/en/news/87929
 Azerbaijan to export wheat to Israel, Aze Media, 05/05/2022
https://aze.media/azerbaijan-to-export-wheat-to-israel/
 Israeli women lead food tech revolution, Al Monitor, 16/06/2021
https://www.al-monitor.com/originals/2021/06/israeli-women-lead-food-tech-revolution
 Agrarian potential of Karabakh and East Zangazur – ANALYSIS, Report News Agency, 31/07/2021
https://report.az/en/analytics/agrarian-potential-of-karabakh-and-east-zangazur-analysis/
 Azerbaijan set to revive agriculture in liberated lands with latest Israeli agri-tech technologies, AzerNews, 10/05/2022
https://www.azernews.az/business/193442.html

Publié le 07/07/2023


Emile Bouvier est chercheur indépendant spécialisé sur le Moyen-Orient et plus spécifiquement sur la Turquie et le monde kurde. Diplômé en Histoire et en Géopolitique de l’Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, il a connu de nombreuses expériences sécuritaires et diplomatiques au sein de divers ministères français, tant en France qu’au Moyen-Orient. Sa passion pour la région l’amène à y voyager régulièrement et à en apprendre certaines langues, notamment le turc.


 


Diplomatie

Israël

Économie