Appel aux dons vendredi 2 décembre 2022



https://www.lesclesdumoyenorient.com/3564



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 2900 articles publiés depuis juin 2010

vendredi 2 décembre 2022
inscription nl


Accueil / Actualités / Analyses de l’actualité

Tandis que tous les regards sont tournés vers l’Ukraine, que devient le conflit en Syrie ?

Par Emile Bouvier
Publié le 07/10/2022 • modifié le 07/10/2022 • Durée de lecture : 6 minutes

Si l’époque des opérations militaires d’envergure comme les dernières dans la poche insurgée d’Idlib semble révolue, du moins pour le moment, la situation sécuritaire ne semble toujours pas stabilisée ; tandis que la menace de Daech continue de planer sur le pays, de réguliers affrontements et tirs indirects continuent d’émailler de part et d’autre les différentes lignes de front à travers le territoire syrien, impliquant l’essentiel des belligérants du conflit à des degrés divers.

Le volet humanitaire demeure quant à lui toujours aussi critique : les civils restent les victimes principales du conflit et subissent les effets d’une économie extrêmement dégradée, d’une reconstruction qui n’avance qu’à petits pas et d’une répression toujours très forte des autorités syriennes. Un nombre croissant de pays accueillant des réfugiés syriens sur leur sol essayent, ou du moins envisagent, de renvoyer ceux-ci en Syrie, au grand dam des organisations humanitaires ; d’autres, comme la France, s’efforcent de rapatrier de Syrie les enfants de djihadistes actuellement détenus dans les camps de prisonniers sous surveillance des Forces démocratiques syriennes (FDS).

Enfin, d’un point de vue politique, Bachar al-Assad poursuit sa politique de normalisation du régime ; entre tournages de film, retour des touristes et reprise des relations diplomatiques avec un nombre croissant de pays de la région, le régime a fait la démonstration de sa résilience depuis le début du conflit et entend capitaliser sur ce succès pour reprendre progressivement sa place au sein du concert des nations.

Afin d’effectuer ce point de situation annuel du conflit en Syrie, le présent article étudiera tout d’abord le caractère protéiforme de l’insécurité régnant encore sur la Syrie : tandis que l’aviation israélienne continue en effet de mener une campagne de frappes très soutenue contre des cibles iraniennes en Syrie (I), la menace d’une quatrième opération turque dans le nord syrien plane sur le pays (II) ainsi que celle de l’invasion turque comme levier de chantage géopolitique (III), tout comme l’ombre de Daech qui, par de régulières embuscades ou coups d’éclat, rappelle toujours qu’il n’est pas vaincu (IV).

I. Un terrain d’affrontement entre l’Iran et Israël

Comme depuis plusieurs années maintenant, et en particulier depuis l’arrivée de nombreux contingents iraniens en Syrie - notamment des éléments du Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC) en 2013 -, Israël continue de mener régulièrement des frappes aériennes ou de conduire des tirs de missiles contre des cibles iraniennes sur le sol syrien. Ainsi, le 14 août 2022, l’armée de l’air israélienne conduisait une série de frappes près de Damas et dans la province de Tartous [2], après d’autres frappes le 22 juillet [3], le 2 juillet [4] ou encore le 10 juin où plusieurs cibles étaient détruites dans la région damascène [5], conduisant à l’endommagement de plusieurs pistes de l’aéroport international de Damas et à la suspension temporaire des vols [6]. Quelques jours plus tôt encore, une frappe de plusieurs missiles israéliens tirés à nouveau sur la banlieue de Damas tuait trois officier de l’armée syrienne [7]. Les Etats-Unis se joignent régulièrement aux frappes israéliennes, à l’instar du 24 août 2022 où plusieurs positions de l’IRGC étaient détruites lors d’une séquence de frappes aériennes menée par l’armée de l’air américaine [8].

II. Une quatrième opération turque au Rojava ?

L’une des principales menaces sécuritaires ayant pesé sur la Syrie au cours des derniers mois reste, toutefois, la menace - toujours d’actualité [9] - d’une nouvelle opération militaire turque à l’encontre de l’Administration autonome du nord-est syrien (AANES) et plus particulièrement des Kurdes syriens. Cette menace se matérialisera de plusieurs façons : d’abord fin mai 2022 lorsque plusieurs responsables turcs affirmeront que les forces armées turques, en coordination avec leurs supplétifs de l’« Armée nationale syrienne », vaste coalition hétéroclite de groupes insurgés syriens agissant comme supplétifs d’Ankara, se préparaient à lancer à nouveau une offensive de grande ampleur dans le nord de la Syrie [10] afin d’y déloger les forces kurdes et d’y créer une « zone de sécurité » au sein de laquelle seraient réinstallés les réfugiés syriens résidant actuellement en Syrie ; ce narratif est régulièrement invoqué par les autorités turques lors de ses offensives au Rojava, le « Kurdistan syrien » [11].

La menace d’une nouvelle offensive turque se fera de plus en plus pressante, et de plus en plus précise, au fil des semaines : le 1er juin, la présidence turque indiquera ainsi que les objectifs en ligne de mire seraient les secteurs de Tal-Rifaat, enclave kurde syrienne emprisonnée entre les zones d’occupation turque au nord et les zones de contrôle de l’armée syrienne au sud, et la ville de Manbij [12], agglomération majeure du nord de la Syrie qui figurait déjà comme objectif de l’opération « Source de Paix » [13].

III. La menace d’invasion turque comme levier de chantage géopolitique

La menace d’invasion turque s’inscrivait dans le cadre, plus large, d’un bras-de-fer engagé par Ankara avec l’OTAN, que souhaitent rejoindre la Suède et la Finlande ; dans une volonté d’entretenir son image d’homme fort de la politique turque alors que les élections en Turquie approchent à grands pas [14], Recep Tayyip Erdoğan menacera ainsi d’utiliser son veto afin de bloquer l’accession des deux pays scandinaves [15] si ces derniers refusaient de cesser leur « soutien au PKK » (une référence à la présence et à l’activisme de nombreux militants du PKK dans ces deux pays) et d’annuler leur embargo sur les armements à destination de la Turquie [16], décrété lors de la dernière offensive turque en Syrie en 2019 – l’opération « Source de Paix » -, qui avaient fortement nui au développement du drone turc Bayraktar TB2, fer de lance des opérations militaires turques ces dernières années.

Finalement, face à l’opposition ferme des Etats-Unis [17] et de la Russie [18], ainsi que celle plus discrète mais notable d’Israël [19], et malgré un lobbying de la présidence turque envers Moscou [20] et Téhéran [21], la Turquie cessera pour un temps ses menaces d’invasion, mais tend aujourd’hui à les brandir à nouveau [22] ; les affrontements sur la ligne de front dans le nord-est syrien restent, de fait, réguliers. Le 17 août 2022 par exemple, une frappe aérienne turque contre les FDS près de Kobané tuait, à la place, trois soldats syriens et en blessait six autres [23] ; l’armée syrienne est en effet de plus en plus imbriquée dans le dispositif kurde au nord de la Syrie afin de dissuader l’armée turque de lancer une nouvelle offensive [24].

IV. L’Etat islamique, toujours aussi résilient

En-dehors de la menace turque, l’ombre de l’Etat islamique continue de planer sur la Syrie, en particulier le long de la moyenne vallée de l’Euphrate où il avait tenu ses derniers territoires jusqu’à la prise de son dernier bastion, Baghouz, par les FDS en mars 2019. Depuis, les militants de l’organisation terroriste démontrent une forte résilience et entretiennent une campagne soutenue d’escarmouches, embuscades, kidnappings, pillages et assassinats à travers le territoire syrien.

L’intensité des attaques de Daech a fortement cru depuis l’opération américaine ayant abouti en l’élimination de son leader Abou Ibrahim al-Qurayshi - et de son porte-parole - en Syrie au nord-ouest d’Alep le 4 février 2022 [25] et, plus particulièrement, depuis un appel le 17 avril à les venger, lancé par le nouveau porte-parole de Daech Abou Omar al-Muhajir l’élimination de son leader Abou Ibrahim al-Qurayshi [26] ; pour le seul mois d’avril, le Centre d’information du Rojava, basé dans l’AANES, comptabilisait une hausse de 184% des attaques comparée au mois de mars, soit un total de 54 attaques ayant conduit en la mort de 52 personnes et 32 autres blessées [27]. Ces attaques ne sont plus seulement concentrées au sein de la moyenne vallée de l’Euphrate ou au désert de la Badiya, sanctuaire de Daech en Syrie, mais frappent également jusqu’au gouvernorat de Raqqa où, le 20 juin, un bus circulant sur l’autoroute Raqqa-Homs était attaqué, aboutissant en la mort de onze soldats et deux civils [28].

Ce climat sécuritaire toujours volatile contribue à accroître la gravité de la situation humanitaire dans laquelle reste plongée la population syrienne, tant au sein des territoires tenus par l’insurrection que ceux revenus dans le giron du gouvernement syrien.

A lire sur Les clés du Moyen-Orient :
- Les drones turcs en Ukraine, un succès aux forts enjeux diplomatiques
- Le régime de Bachar al-Assad, une autorité en quête de légitimité
- Nouvelle donne diplomatique à Kaboul : soutien régional en demi-teinte
- Point de situation à Idlib : vers la bataille finale de l’insurrection en Syrie ?
- La population syrienne, au cœur d’une crise humanitaire de plus en plus critique

Sitographie :
- The Syrian Civil War’s Never-Ending Endgame, WPR, 20/07/2022
https://www.worldpoliticsreview.com/the-syria-civil-war-might-be-ending-but-the-crisis-will-live-on/
- Three Syrian soldiers killed in Israeli missile attacks : Report, Al Jazeera, 14/08/2022
https://www.aljazeera.com/news/2022/8/14/israeli-air-strikes-in-syria-kills-three-soldiers-state-media
- Israeli raid kills three soldiers : Syrian defence ministry, Al Jazeera, 22/07/2022
https://www.aljazeera.com/news/2022/7/22/israeli-strike-kills-three-soldiers-syrian-ministry
- Syria says Israeli strike on Tartous coast wounds two civilians, Al Jazeera, 02/07/2022
https://www.aljazeera.com/news/2022/7/2/syria-says-israeli-strike-on-tartus-coast-wounds-two-civilians
- Syria’s Damascus airport flights suspended after Israeli attack, Al Jazeera, 10/06/2022
https://www.aljazeera.com/news/2022/6/10/israel-strikes-southern-damascus-syrian-state-media
- ‘Heavy’ damage to Damascus airport confirmed after Israeli attack, Al Jazeera, 11/06/2022
https://www.aljazeera.com/news/2022/6/11/syria-says-significant-damage-to-airport-from-israeli-strike
- Israeli missile strikes kill 3 near Syria’s capital, Al Jazeera, 21/05/2022
https://www.aljazeera.com/news/2022/5/21/israeli-missile-strikes-kill-3-near-syrias-capital
- US carries out raids in Syria on ‘Iran-linked’ targets, Al Jazeera, 24/08/2022
https://www.aljazeera.com/news/2022/8/24/us-military-carries-out-raids-in-syria-on-iran-linked-targets
- Turkey’s plan to forcibly relocate Syrian refugees gains momentum, The Guardian, 27/05/2022
https://www.theguardian.com/world/2022/may/27/turkeys-plan-to-forcibly-relocate-syrian-refugees-gains-momentum
- Turkey-Syria offensive : What are ‘safe zones’ and do they work ?, BBC News, 02/11/2019
https://www.bbc.com/news/world-middle-east-50101688
- Battle for Manbij : Turkish-backed forces launch push on key city, Al Jazeera, 14/10/2019
https://www.aljazeera.com/news/2019/10/14/battle-for-manbij-turkish-backed-forces-launch-push-on-key-city
- NATO : Sweden, Finland, Turkey meet over accession bids, DW, 26/08/2022
https://www.dw.com/en/nato-sweden-finland-turkey-meet-over-accession-bids/a-62942517
- Why has Erdoğan doubled down on threat to veto Nordic Nato bids ?, The Guardian, 18/05/2022
https://www.theguardian.com/world/2022/may/18/erdogan-doubles-down-on-threat-to-veto-nordic-nato-membership
- US warns Turkey against new Syria offensive, France24, 24/05/2022
https://www.france24.com/en/live-news/20220524-us-warns-turkey-against-new-syria-offensive
- Russia calls on Turkey not to ‘destabilize’ Syria, Al Arabiya, 05/08/2022
https://english.alarabiya.net/News/middle-east/2022/08/05/Russia-calls-on-Turkey-not-to-destabilize-Syria-
- Israel asked US to prevent Turkish operation in northern Syria, officials reveal, Middle East Monitor, 24/07/2022
https://www.middleeastmonitor.com/20220724-israel-asked-us-to-prevent-turkish-operation-in-northern-syria-officials-reveal/
- Turkey’s Erdogan renews case for Syria operation at Tehran talks, Al Jazeera, 19/07/2022
https://www.aljazeera.com/news/2022/7/19/turkeys-erdogan-renews-case-for-syria-operation-at-tehran-talks
- Several Syrian soldiers killed in ‘Turkish air raids’, Al Jazeera, 17/08/2022
https://www.aljazeera.com/news/2022/8/17/several-syrian-soldiers-killed-in-turkish-air-raids
- SDF will turn to Assad if Turkey attacks in Syria, Al Jazeera, 07/06/2022
https://www.aljazeera.com/news/2022/6/7/sdf-turn-assad-turkey-attacks-syria
- Islamic State leader Abu Ibrahim al-Qurayshi killed in Syria, US says, BBC News, 04/02/2022
https://www.bbc.com/news/world-middle-east-60246129
- Islamic State Vows ’Revenge’ for Ex-Leader’s Death, VOA News, 17/04/2022
https://www.voanews.com/a/islamic-state-vows-revenge-for-ex-leader-death/6533313.html
- At least 13 killed in northern Syria bus attack, Al Jazeera, 20/06/2022
https://www.aljazeera.com/news/2022/6/20/killed-in-northern-syria-bus-attack

Publié le 07/10/2022


Emile Bouvier est chercheur indépendant spécialisé sur le Moyen-Orient et plus spécifiquement sur la Turquie et le monde kurde. Diplômé en Histoire et en Géopolitique de l’Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, il a connu de nombreuses expériences sécuritaires et diplomatiques au sein de divers ministères français, tant en France qu’au Moyen-Orient. Sa passion pour la région l’amène à y voyager régulièrement et à en apprendre certaines langues, notamment le turc.


 


Energie solaire

Syrie

Politique